20 avr. 2014

Montrer l'immontrable

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je voulais aborder un petit point qui m'agace on ne peut plus sur la blogosphère : j'ai nommé l'hypocrisie. Je ne vise absolument personne en particulier, je préfère préciser pour les susceptibles. 
Je parle juste de mon expérience virtuelle et des inepties vues ça et là depuis quelques années.

Ceux qui me connaissent savent que je suis plutôt du genre à rentrer dans le lard avec mes talons ah ah ; bon ok, des fois, j'enlève mes chaussures. En clair, sur la blogo, soit je kiffe et je le dis, soit je kiffe pas et je le dis mais de façon constructive et diplomate, soit je m'abstiens de tous commentaires. 
Pour en revenir à mon blog, j'apprécie énormément les marques de sympathie, oui je suis belle toussa toussa, ça fait grave du bien à l’ego, mais j'apprécie tout autant les personnes qui ne sont parfois pas d'accord avec mes choix de tissu/longueur/couleur/finitions, etc... J'ai commencé à bloguer dans l'optique d'échanger sur des pratiques et surtout de progresser et, qu'on se le dise, ce sont les critiques constructives qui font avancer. 

En revanche, je suis imperméable aux commentaires de complaisance ou de copinage. Vous savez bien, les commentaires du genre "oh mais t'as trop raison, je pense tout pareil que toi, en plus t'es trop belle" ôO ou "ça te va bien mais je l'aurais pas mis" ou encore "c'est pas mon style mais c'est très joli sur toi" alors que vous et moi, nous savons qu'il y a bel et bien quelque chose qui cloche... Je pense que tout peut se dire, du moment qu'on y met les formes. 

En tous cas, sentez-vous libres de tout me dire, je saurai vous répondre ah ah.

***

Enfin... Cette belle parenthèse nous amène à l'objet du jour, mon fameux top issu du Burda Couture Facile Printemps/Eté 2014. J'ai été de suite emballée : une réalisation facile, sexy ce qu'il faut et parfaite pour la saison chaude. Tellement emballée que j'ai décidé de sacrifier ce jersey enduit que j'avais en stock depuis des lustres. Couture à peu près finger in ze noise, je dis à peu près parce que mon tissu a été capricieux du début à la fin, à se détendre sans cesse. Mais bon, j'en ai vu le bout...

Sauf que pour le coup, je n'ai absolument pas été convaincue en l'enfilant, contrairement à ce que pourraient laisser prétendre les photos. Je vous montre le résultat parce que ça fait aussi partie du jeu je crois et puis, si ça se trouve, ça plaira à certaines. Pour ma part, je n'aime pas du tout le rendu. Je pense que c'est un haut plutôt adapté aux poitrines menues (ce qui n'est pas le cas ici lol). Je crois bien que l'échec tient juste en ce point parce que ça a été une vraie galère de garder ma poitrine en place ; la fente devant est bien trop profonde, du coup ça s'ouvre intempestivement. Bref, la misère. 
Et vous, quel est votre avis ?

Outfit : jupe et top home made, peep toes Jonak, bijoux I Am
Matériel : jersey enduit irisé Toto Tissus
Crédits photos : Saanya
En tête-à-tête avec moi-même : mon royaume pour un petit repas au pays avec un bon matoutou de crabes (plat traditionnel à Pâques en Martinique), ah la laaaa... Joyeuse fête de Pâques à vous, attention à ne pas manger trop de chocolat ^_^



16 avr. 2014

Un éternel recommencement

J'en ai eu un peu marre des robes, figurez-vous...

***

La mode est un éternel recommencement, je ne vous apprends rien. 
Alors, vous ne serez pas surpris en voyant une nouvelle version de ce pantalon que j'avais déjà réalisé ICI
Ce sont les fameuses fentes aux chevilles qui m'avaient fait craquer à l'époque, et ce sont encore elles qui me font remettre le couvert. 

Ce pantalon, issu du magazine Burda du mois d'août 2012, est juste fabuleux. 

Cette fois-ci, j'ai opté pour une couleur bien pep's, un peu dans l'air du temps, le vert malachite (lagon quoi lol). Totalement fan !!! J'ai d'ailleurs trouvé un wax coordonné, faut que je vous montre à l'occasion...


Pas de difficulté particulière si ce n'est que j'aurais du relire mon ancien post avant de couper mon tissu. 
Je me serais rappelée que je voulais absolument le rallonger. 
C'est un peu dommage car du coup, je ne suis pas totalement à l'aise avec la longueur, un chouïa trop courte à mon goût. 
Mais avec des talons hauts, ça passe nickel chrome. 

En tous cas, cette nouvelle réalisation m'a permis de voir à quel point j'ai progressé en couture. Je me suis rendue compte que j'avais fait pas mal d'erreurs sur la première version. 

Compte tenu de la couleur bien présente, j'ai choisi un look épuré, sans fioritures. J'aime particulièrement mes boucles d'oreilles, créées par Grégory, un ami de longue date dont je vous reparle très très vite. 
 Alors, vous en pensez quoi de ma tenue ? 

Outfit : pantalon home made, top Pimkie, peep toes Jonak, bracelet et bague I Am, BO G'well Création
Matériel : satin de coton vert malachite Les Coupons de Saint-Pierre
Crédits photos : Saanya
En tête-à-tête avec moi-même : merci d'être de plus en plus nombreux à me suivre et merci pour tous vos gentils mots ici ou ailleurs. N'hésitez pas à me rejoindre sur Facebook, Instagram, Pinterest, Hellocoton et Kollabora ;)


13 avr. 2014

Tirée à quatre épingles

J'ai déjà eu l'occasion de vous parler de la galère que représente le shopping pour les femmes rondes. Trop serré, trop court, trop moulant, trop mémérisant, trop sac à patates... Mais force est de constater que ces dernières années, les grandes enseignes de prêt-à-porter font de leur mieux pour proposer des fringues po[r]tables, modernes et accessibles. 

Dans le monde de la couture, c'est un peu pareil. Pas mal de progrès ; toutefois, il semblerait qu'il n'y ait pas de vie après le 46 (et faut voir le 46 hein). Du coup, suis presque devenue une experte de l'agrandissement de patrons. Ce n'est pas très amusant, ça met un temps monstrueux mais c'est le prix à payer pour avoir, moi aussi, accès à des modèles sympatoches. 

***

J'avais déjà eu l'occasion de tomber sur le site Lekala il y a quelques années ; à l'époque le site était en russe, hum (il est en français depuis)... Inutile de vous dire que mon passage est resté... un passage lol. C'est après avoir fait un tour chez ByCoconuts que j'ai eu envie de tenter l'aventure. Je vous explique le concept rapidement : des patrons originaux, un tableau où l'on rentre ses mensurations et hop hop hop, la machine Lekala génère un PDF à nos mesures. Le truc de ouf, quoi !!! Et le tout pour un prix dérisoire...

J'ai fouillé le site de fond en comble et ai choisi quelques modèles à réaliser, dont le chemisier #4195 d'aujourd'hui. Vous vous doutez bien que c'est son encolure qui m'a séduite. Un top tout en simplicité, avec le détail qui fait la différence ; tout moi quoi. 

J'étais vraiment très confiante en préparant mon patron, mais vraiment vraiment... J'ai coupé soigneusement mes pièces, tout surjeté proprement et ai commencé le montage. Et là : DRAME !!! Ça ne ferme pas !!! ôO
Pire encore les emmanchures sont très très serrées... Pourtant ByCoconuts m'avait prévenue hein...

Petite précision pour les débutantes +++, les instructions en anglais sont très sommaires et il n'y a pas de pas-à-pas en photos donc, gare aux moments de solitude (l'article de ByCoconuts est très complet, pour les trucs et astuces, je vous invite à le lire). 


Vu comment j'adorais ce coupon de je-ne-sais-plus-quoi vieux rose, j'ai refusé de jeter ce projet aux oubliettes. Il me restait pile de quoi recouper les pièces côtés devant et dos, ainsi que le col. J'ai rajouté 2 cm de chaque côté puis, j'ai retaillé les emmanchures directement dans le tissu (couture trash toussa toussa, on ne se refait pas piouffff). Et j'ai pu aisément caser mes bourrelets et ma superbe poitrine, bien que cette dernière soit encore un poil à l'étroit. 

Bon, quand je me suis admirée dans le miroir, ça allait plutôt bien mais, en matant les photos là, catastrophe ah ah. Je trouve le résultat très très laid de dos. M'enfin hein, on fait comme on peut avec ce qu'on a, vous ne m'en voudrez pas ?!?
 

Tout cet acharnement pour avoir un super haut pour accompagner ma jupe Jakie issue du dernier magazine La Maison Victor. Mon avis : 1€ de plus que la première parution pour pas grand chose au final, pas dit que je réitère l'expérience... En plus, cette jupe qui s'annonçait hyper méga simple à coudre m'a pris beaucoup plus de temps que prévu à cause d'une erreur au niveau des parementures. Soit je suis folle, soit il manque quelques centimètres de chaque côté. M'enfin la flemme aidant, je n'ai pas recoupé mes pièces mais plutôt système-déisé pour que l'ensemble tombe correctement. 

Au final, une petite tenue mignonnette de face, étriquée de dos mais que j'apprécie quand-même beaucoup beaucoup. 
Et vous, vous en pensez quoi ?

Outfit : chemisier et jupe home made, peep toes Jonak, bijoux I Am
Matériel : coupon d'un je-ne-sais-quoi soyeux et tout doux et tout léger vieux rose que j'ai depuis des lustres, laine Mondial Tissus
Crédits photos : Saanya
En tête-à-tête avec moi-même : j'espère que ma prochaine expérience Lekala sera meilleure. Je déteste ça mais finalement, je serai peut-être obligée de faire une toile. Affaire à suivre... 


11 avr. 2014

Rouge

Un titre minimaliste pour un post tout en couleur aujourd'hui.

***

Avant de développer, j'aimerais quand-même faire un petit clin d’œil à mes lecteurs russes ; mais je n'oublie pas les belges, les allemands, les américains, les sud-africains, les djiboutiens, les chinois, les espagnols et tous les autres qui me font réviser ma géographie. Merci du fond du cœur.

***

Contrairement à ce que pourraient faire penser mes nombreux posts précédents, ma couleur de prédilection est le rouge.
Sans doute mon côté passionnel, fougueux et combatif lol.

En tous cas, lorsque j'ai repéré cette superbe blouse dans le magazine Burda du mois d'avril 2014, j'ai eu envie de mettre le feu hu hu. Un voile de coton traînant sur une étagère, des ciseaux, hop hop hop, en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire, ma blouse était là !!! (j'exagère à peine).


Un peu par flemme, je le confesse, j'ai opté pour un biais tout fait et contrasté pour l'encolure. Sinon, aucune modification, aucune difficulté. J'ai volontairement gardé cette longueur "crop" pour le côté tendance et avec un jean à taille un peu haute, ça passe nickel
(sauf quand on lève les bras ah ah).

Ma foi, cette blouse est un très bon basique, sophistiqué juste ce qu'il faut, pour le printemps.
Faut juste faire attention aux courants d'air ^_^

Outfit : blouse home made, jean slim H&M, ceinture Roxy, shoes Zalando, BO I Am, collier offert par ma mamounette, RàL Riri Woo Mac Cosmetics
Matériel : voile de coton rouge Mondial Tissus, biais fleuri Frou Frou Mercerie Moline
Crédits photos : Saanya
En tête-à-tête avec moi-même : le manque de sommeil se fait ressentir, ma peau est catastrophique, même le make up ne fait plus la blague lol... Ah la la, si vous avez un remède miracle contre l'insomnie, je suis preneuse. Ah ben voilà, souvent on me demande comment je fais pour coudre autant (même si je n'ai pas l'impression de vous inonder de posts). Il n'y a pas de miracle : je dors [malheureusement] très peu...


4 avr. 2014

Y'a quelque chose de nouveau dans ma vie...

Il est de ces machines qui entrent dans votre vie, comme ça, pioufffff, et qui ne peuvent désormais plus en sortir. 
On me l'avait dit pourtant !!! 

Il y a un peu plus de deux mois, j'ai eu la chance d'être contactée par Singer France qui m'offrait la possibilité de tester un de leurs produits. J'aurais bien évidemment pu opter pour une machine de guerre avec plein de boutons toussa toussa mais, j'ai jeté mon dévolu sur la surjeteuse Heavy Duty 14HD854. En effet, c'est un achat que je prévoyais de faire depuis quelques mois déjà ; l'occasion était donc parfaite. 

D'un point de vue technique, sans rentrer dans un blabla incompréhensible, il s'agit d'une surjeteuse à 4 fils et 2 aiguilles, à entraînement par différentiel

Pour les débutantes comme moi qui n'avaient jamais touché à une surjeteuse, il faut s'armer de patience. Contrairement à une machine à coudre, l'enfilage, qui se fait avec une pince à épiler, demande un peu de concentration et ce, même si le schéma est indiqué sur la machine. Une fois qu'on a pris le coup de main, ça devient plus facile. J'ai également pu tester la technique des noeuds, qui permet de changer de bobines sans refaire l'enfilage. Nickel : bien penser à mettre les tensions de fil à zéro. Ça ne marche toutefois pas avec des fils épais par contre. 

Ensuite, par rapport à une machine classique, ce qui surprend, c'est la rapidité d'exécution. 1300 points par minutes quoi... Ça change graveeeeeeee. Du coup, il faut rester concentrer pour contrôler l'entraînement du tissu. J'ai bien lu le mode d'emploi pour tester un peu tous les points mais, je ne m'en suis pas super bien sortie. J'ai pu me dépatouiller uniquement en levant le nez du bouquin (c'est bien la peine d'être disciplinée lol). Ma copine Leefa m'avait d'ailleurs conseillé de laisser la tension 4 pour tous les fils et je dois avouer que ça a été salvateur. 

J'ai essentiellement fait du surfilage ou du roulotté pour avoir des finitions impeccables, essentiellement à 3 fils d'ailleurs ; je crois qu'il me faudra plus que deux mois pour explorer toutes les possibilités de cette machine. J'ai tenté la couture du jersey au tout début mais, mon premier essai n'était pas concluant, mauvais réglage des tensions. A peaufiner donc...

J'ai également eu quelques frayeurs ces dernières semaines. La première est survenue quand une des aiguilles s'est cassée sur un tissu un peu trop épais. Jusqu'ici, rien de bien dramatique ; je change l'aiguille, je vérifie qu'il n'y ait pas un morceau qui traîne... Sauf que les commandes ne répondaient plus -_- C'est finalement Séverine, Docteur ès Surjeteuse, qui m'a conseillé d'ouvrir le socle pour nettoyer en profondeur et huiler l'ensemble. Alléluia, tout est reparti comme il faut !!! La deuxième frayeur est arrivée quand j'ai surfilé de la laine et que les points n'arrêtaient pas de sauter et les fils de casser ; c'est encore Séverine qui m'a soufflé qu'il fallait vérifier l'aiguille. En somme, il faut être un peu plus consciencieux qu'avec une machine à coudre classique, à mon sens. Ce sont des habitudes à prendre : bien dépoussiérer, vérifier les aiguilles plus régulièrement, huiler...

Pour finir, quelques photos comparatives, entre le point surjet de ma machine et les points de la surjeteuse. Le constat est sans appel...
Point surjet Machine à coudre
Point surjet 3 fils Surjeteuse
Point roulotté 3 fils Surjeteuse
N.B.: le tissu imprimé zèbre (voile de coton) n'est pas doublé/thermocollé, d'où la déformation exagérée. 

***

En résumé : une très belle découverte que je continue d'explorer au travers de mes projets. La surjeteuse n'est pas indispensable, surtout lorsqu'on débute mais, à un certain niveau, pour avoir de belles finitions ou travailler des tissus plus délicats, elle devient vraiment nécessaire. Un grand merci à Singer. 

29 mars 2014

L'Immaculée

Après la baroudeuse, la précieuse, l'américaine, la glamour ou encore l'épicée, voici ma nouvelle robe, j'ai nommée l'Immaculée
(oui oui, ça va très bien lol). 

Depuis le début de cette année 2014, j'ai des envies constantes de robes. De toutes les formes, avec de jolis décolletés, un peu plus sages, rétro ou totalement modernes... Des envies irrépressiblessssssssss !!!

En tombant sur ce patron de la Yoke Dress de Salme Sewing Patterns, j'ai été aussitôt séduite. La suite fut moins folichonne lol. 
Pour la faire courte, en premier lieu, patron PDF : eurkkkkkkkk... Puis pour la polyglotte qui ne sommeille pas en moi, patron en anglais : humpfffff... Et pour finir, gros moment de solitude dans le montage de la fermeture zippée que je voulais suivre à la lettre. Résultat des courses : serial bidouilleuse à la rescousse. 

Ma foi, je ne m'en sors pas trop mal je trouve et je dois vous dire que j'adore ma robe immaculée. Quelques petites paillettes incrustées dans le tulle pour pimper l'ensemble et me voilà parée pour pavaner.  

Outfit : robe home made, shoes achetées en Martinique, bijoux I Am
Matériel : gabardine blanche et tulle pailleté Cousette, bouton boule Les Coupons de Saint-Pierre
Crédits photos : Saanya
En tête-à-tête avec moi-même : les puristes de la couture remarqueront à quel point le biais de l'encolure est formidablement MAL posé ah ah. Je vous rassure, j'ai travaillé sur cette grosse lacune depuis la confection de cette robe. Promis, je ferai mieux la prochaine fois ^_^ Dans mon prochain post, je vous parlerai d'une machine qui a révolutionné mon quotidien couturesque. Stay connected...

22 mars 2014

Pluri'elles


Je pense avoir trouvé en Leefa mon double démoniaque de la couture. Toujours là à s'engager l'une et l'autre dans des défis couturesques complètement farfelus. 
Cette fois-ci, c'est pour un projet à plus haute teneur et, je dois vous avouer que je ne fais pas trop la maligne là...

***

Philippe Noël crée le Festival International Fashion Night Couture en 2011 avec pour objectif de mettre en avant la Couture Française Haut de Gamme dans des lieux d'exception de l’Île-de-Ré. L'édition 2014 aura lieu à l'Hôtel de Clerjotte (classé monument historique).  


Fashion Night Couture... 9-10-11 Août 2014... Île-De-Ré...
Et... Pluri'elles
Trois paramètres pour un duo qui sera choc, chic, original, toussa toussa...
En tous cas, on bosse pour, croyez-moi !!!


Et j'ai vraiment hâte de pouvoir vous présenter les tenues du défilé. 

Vous pouvez trouver ICI la liste des créateurs qui seront présents à nos côtés, ainsi que les photos des défilés des éditions précédentes

***

Enfin, je souhaiterais remercier tout particulièrement Camille, de Camillette-Création, qui a réalisé en un temps plus que record ce superbe logo. N'hésitez pas à aller visiter son site, elle fait un joli travail tant en graphisme qu'en couture. 

Qu'on se le dise, 2014 sera résolument couture ici bas.


21 mars 2014

Baroudeuse chic...

... pour bon basique !!!

Voilà déjà quelques mois qu'Eléonore, la créatrice de la marque de patrons français Deer & Doe, nous a offert ce superbe patron Plantain

Je l'avais bien évidemment imprimé aussi sec mais, il faut dire ce qui est : overdose de patrons PDF, donc il est resté sous la pile "PDF-relous-que-je-rêve-de-coudre-mais-que-j'ai-la-flemme-d'assembler". En plus, vu la déferlante qu'il y a eu sur le web, j'avoue que ça ne m'a pas motivée plus que ça. 

Jusqu'au jour où ma chère Lilly a réalisé cette bombe atomique de maxi-dress !!! 2 jours plus tard, c'était plié... 

J'avais déjà choisi mon tissu depuis longtemps, un jersey léger kaki mais je n'en avais pas assez pour la maxi. Qu'à cela ne tienne, la version baby-doll de Paunnet m'a parue parfaite pour l'occasion. 

J'ai voulu coudre la dite robe à la surjeteuse (ouais ouais, je vous en reparle très très vite) mais, avec les marges incluses et tout, j'ai préféré coudre à la machine au point stretch, et tout surjeter par la suite. 

Comme à l’accoutumée, les explications étaient limpides, le patron nickel et Plantain fut un régal à coudre. Le résultat est au-dessus de mes espérances et j'ai bien envie d'en faire quelques uns de plus pour gonfler la collection. 
Bref, moi aussi j'ai ma version du Plantain (et j'en veux encore plein, plein, plein huhuhu). 

Outfit : robe home made, shoes Asos, bijoux I Am
Matériel : jersey kaki A Little Mercerie
Crédits photos : Saanya
En tête-à-tête avec moi-même : bon j'ai pris un chouïa de retard dans la réponse à vos commentaires qui me réchauffent le cœur quand le thermomètre fait le con comme aujourd'hui lol. Mais soyez assurés que j'y répondrai ;)